Top 6 des erreurs des patrons de bar et restaurant

Top 6 des erreurs des patrons de bar et restaurant
Aujourd'hui je vais vous partager le top 6 des plus grandes erreurs que font les patrons de bars ou de restaurants et qui leur coûtent de l'argent, du temps libre et de la joie de vivre.

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

 

Pour déterminer ce top 6 nous avons discuté avec plusieurs de nos clients sur ce sujet et voici ce qui en ressort :

 

1. Avoir le mauvais mindset

La première erreur d’un patron c’est de se créer un emploi au lieu de créer une entreprise. Cela signifie simplement que le restaurant n’a peut-être pas été construit assez grand ou peut-être qu’il n’y avait pas assez d’espace de réflexion dans le plan de manière à ce que le propriétaire puisse gagner suffisamment d’argent pour engager un personnel suffisant.

Parfois il s’agit de la façon dont le propriétaire s’acquitte de cette tâche au quotidien. Ils passent trop de temps à faire des choses qui ne sont pas si importantes et une chose qui est clé et vous devez en être conscient, si vous voulez un jour faire grandir votre entreprise, vous, le patron, devez posséder un système qui ne dépend pas de vous.

Cela signifie qu’un système doit être duplicable car il est très difficile de se dupliquer. Si vous y arrivez dites-moi comment vous faites, ça m’intéresse aussi. Je disais votre système doit être duplicable et réplicable, il peut être géré, possédé et exploité par n’importe qui.

Quand vous allez vendre votre restaurant, vous avez un nombre très limité d’acheteurs, car seuls les restaurateurs expérimentés peuvent exploiter un restaurant. Mais quand vous vendez un business, vous pourriez le vendre à un médecin, un comptable ou à un groupe d’investisseurs.

Vous connaissez la plupart de ces grandes chaînes de restaurants que nous connaissons tous, elles ne sont pas la propriété des restaurateurs, elles sont détenues par des groupes d’investisseurs et gérées comme une entreprise de manière à ce qu’elles fonctionnent d’elles-mêmes.

Laissez-moi vous donner l’exemple d’un de nos clients. Il est d’origine malaisienne, il est arrivé à Hong Kong il y a vingt ans et a commencé en tant que serveur. Pendant dix ans il a économisé et au bout de dix ans il a acheté son premier restaurant, et il l’a géré comme une entreprise dès le début et en dix ans il a monté un groupe de 30 restaurants.

Il a vendu à un groupe financier il y a moins de deux ans et le conseil qu’il nous a partagé, même si vous n’avez qu’un établissement et pas encore assez d’argent pour ouvrir un second, gérez votre premier établissement comme si vous allez ouvrir un deuxième établissement demain. Comme ça, dès que l’opportunité est là vous êtes prêt.

 

2. Perdre du temps

La deuxième grande erreur des patrons, ils travaillent sur tout sauf leur passion. Je suis sûr que vous en êtes victime. La première question que j’aime poser à mes clients est « pourquoi vous êtes-vous lancé dans cette activité ? », « pourquoi avez-vous décidé de quitter votre emploi et d’ouvrir un restaurant ? ». Il y a de fortes chances que ce soit pas pour faire de la comptabilité ou traiter avec le fisc ou avec vos suppliers.

Vous vous êtes probablement lancé dans la restauration pour une autre raison comme le vin, la cuisine ou les clients. Mais le Faites-vous vraiment ? Est-ce que vous travaillez sur votre passion sur lesquels vous êtes bons et ceux qui alimentent votre énergie, votre joie de vivre ? Ou celles qui vous privent d’énergie et vous dépriment ? Mais je ne dis pas que vous ne devez pas faire ce que vous n’aimez pas.

Vous êtes un entrepreneur, donc vous devez porter plusieurs casquettes. Mais passez plus de temps sur les choses que vous aimez et déléguez ou outsourcez les choses qui vous dépriment. Ce qui m’amène sur mon troisième point.

 

3. Ne pas déléguer

La troisième erreur est la plupart des patrons pensent qu’ils délèguent mais ils ne délèguent pas vraiment. Avant de vous expliquer ce que je veux dire, laissez-moi vous donner une astuce simple sur comment déterminer quelles sont les tâches que vous devez déléguer en premier.

Utilisez un quadrant comme celui-ci avec ces catégories : j’aime, j’aime pas, fort et pas fort.

 

comment-déléguer-ses-tâches bevsight

Remplissez chaque case de vos différentes tâches que vous faites au quotidien et commencez par déléguer ou outsourcer celles que vous n’aimez pas et vous n’êtes pas bon. Ensuite, déléguez celles que vous aimez mais vous n’êtes pas bon. Ensuite déléguez aimé mais pas bon jusqu’à vous focaliser sur les choses où vous êtes bon et vous aimez.

Laissez-moi vous expliquer ce que j’entends par déléguer. Ainsi déléguer n’est pas abandonner la responsabilité ou la participation du projet, souvent j’entends les restaurateurs qui prennent des tâches les plus importantes de l’entreprise et la donnent aux managers et au bout de trois mois quand ces partis ne vont plus très bien ils disent  « oh mon manager c’est un idiot mon manager il sait rien faire ».

Ensuite les patrons renoncent à déléguer et finissent par le faire eux-mêmes et ils ont gaspillé deux fois plus de temps, d’énergies et de ressources.

Donc déléguez véritablement signifie que vous ne faites pas la tâche mais vous n’ignorez pas.

Maintenant le plus important est de comprendre que nous ne déléguons jamais un projet en entier à une personne, nous déléguons des tâches de ce projet. Il peut y avoir jusqu’à 8 à 9 tâches dans un projet. Nous déléguons de petites tâches parce qu’elles ont un délai mesurables et plus faciles à contrôler.

Encore une fois elles sont surtout pas ignorées même si vous engagez une société de marketing pour faire votre communication et donc déléguer votre marketing. Il ne faut surtout pas supposer simplement qu’ils font du bon travail, vous devriez les rencontrer une fois par semaine voire plus pour s’assurer qu’ils respectent vos délais, pour s’assurer que vous soyez leurs priorités, s’assurer qu’ils obtiennent le résultat que vous voulez sans avoir à faire le travail.

 

4. Courir après de nouveaux clients

La quatrième erreur, c’est de trop se focaliser sur trouver de nouveaux clients au lieu de combler ses clients existants.

Je ne dis pas que le marketing n’est pas cruciale mais notre temps et budget est limité, donc on ne devrait pas passer tout notre temps et notre budget dans le marketing.

Il vaut mieux passer plus de temps et s’investir sur nos clients existants car ils viendront plus souvent, dépenseront plus d’argent et le plus important, ils sont votre source de référencement, donc votre marketing.

Même si vous êtes en phase de développement, il vaut mieux investir dans votre opération que dans le marketing. C’est paradoxal mais c’est vrai. Comme dit un de mes business coach préféré Keith Cunningham “si chaque client que vous avez eu était encore un client, vous n’auriez pas le temps de vous soucier du marketing.” 

 

5. Chercher à embaucher LE talent

La cinquième erreur est que les patrons essaient de gérer leurs employés au lieu de gérer leur système.

Qu’est-ce que cela signifie ?

Eh bien les avis varient d’un patron à un autre, donc je partage aussi ma propre expérience.

Quand j’étais un employé et travaillé pour des hôtels cinq étoiles ou des établissements indépendants, ou quand j’étais patron de mon propre établissement et même maintenant avec ma compagnie existante.

A mon avis, les employés en général ne sont pas gérables car ils ont des besoins et des désirs trop variés et si on essaye de s’accorder à chacun de leurs besoins ou désirs, on n’en ressort pas souvent gagnant.

Je crois plus qu’il faut gérer un système qui gère ses employés. Un système est noir et blanc. Soit il est bien fait, soit il n’est pas bien fait, soit il est fait à temps, soit il n’est pas fait à temps. Et puis nous développons nos talents, oui je recommande d’appeler ses employés des talents car le talent c’est dont ils ont besoin. Si vous n’avez pas de personnel  talentueux, vous allez vite déprimer.

Une chose est sûre, nous développons le talent. On ne trouve pas le talent, sinon vous allez être comme beaucoup de patrons qui disent “ il n’y a pas de personnel compétent, je n’arrive pas à trouver de bons employés.”

C’est parce qu’ils cherchent les personnes les plus talentueuses pour occuper ce poste et les ressources sont très limités. Mais si vous avez un bon système et correctement mis en place dans votre établissement, vous pouvez trouver des talents moyens et les développer. Cherchez plutôt à embaucher le sourire et la personnalité et ensuite développer le talent.

 

6. Ne pas lutter contre l’isolement

Sixième erreur chez les patrons et celle-ci est une des plus importantes je pense.

L’erreur est que les patrons ne créent pas une véritable équipe. Par équipe, je n’entends pas seulement les employés de votre établissement. Je veux dire une équipe qui vous aide à innover, penser différemment.

On peut pas être le patron d’une entreprise tout seul. Peu importe le type d’entreprise, qu’il s’agisse d’un restaurant, d’une poissonnerie, d’un cabinet médical, d’une société immobilière…

Posséder une entreprise ne peut se faire seul. On se retrouve souvent enfermé dans sa routine, dans sa bulle et c’est très difficile de trouver de nouvelles idées pour innover, pourtant c’est plus simple que vous le pensez et vous avez déjà les ressources autour de vous.

Première chose, considérez vos vendeurs ou la personne qui vient faire la maintenance de votre frigo comme faisant partie de votre équipe, ou même considérez-les comme des clients. Ils sont de très bonnes sources de référencement.

Ensuite commencez à vous intéresser à votre avocat, votre comptable, le mi-temps qui vous fait votre marketing et choisissez un groupe de cinq à six personnes d’horizons complètement différents.

Créez votre comité consultatif ou appelé aussi “advisory board”. Invitez-les ensemble pour dîner ou déjeuner une fois par mois et discuter du type de marketing que vous faites, de la direction de votre nouveau menu, ce que vous envisagez de faire et demandez ce qu’ils en pensent et leurs conseils.

Bien sûr, pendant la discussion pas tous les conseils sont bons à prendre mais ça peut et ça va vous ouvrir vers de nouveaux horizons. Ca va vous aider à sortir de votre bulle.

Rien que la préparation des idées que vous allez partager pendant ce déjeuner ou dîner vous sera très utile et de plus ces personnes vont se sentir impliqués et ils sont donc de très bonnes sources de référencement et sûrement créés d’autres opportunités.

 

 

Damien Fenoli

Damien Fenoli

Fondateur de la solution Bevsight. Ce blog est un espace où je partage de bonnes pratiques et conseils autour de la thématique de l’optimisation de la performances des bar et restaurants, élaboré à partir de mon expérience et d'informations récoltées à travers nos centaines de clients.

Damien Fenoli

Damien Fenoli

Fondateur de la solution Bevsight. Ce blog est un espace où je partage de bonnes pratiques et conseils autour de la thématique de l’optimisation de la performances des bar et restaurants, élaboré à partir de mon expérience et d'informations récoltées à travers nos centaines de clients.

Transformez votre établissement

Chaque premier mardi du mois, recevez un condensé de nos
meilleurs conseils et astuces ainsi que du contenu exclusif
dans votre boîte de réception

Concept-restaurant-audit

Crash-test

18 étapes pour un Audit de concept de restaurant​